Les gros cailloux

Un professeur d’Harvard intervient auprès d’une quinzaine de dirigeants de grandes compagnies. Thème : planification efficace de son temps.

Le professeur n’a qu’ une heure pour « faire passer » son sujet : il se focalise sur l’essentiel pour trouver une méthode qui lui permette de marquer les esprits.

Debout, devant la « fine fleur » de ces responsables de haut niveau, il les regarde lentement un par un, puis… satisfait du climat un peu particulier qu’il vient de créer… il leur dit : « Nos meilleurs apprentissages sont issus de nos expériences. Ensemble nous allons en réaliser une ».

Le professeur sort de dessous la table qui le sépare de ses élèves, un immense pot de verre de 4 litres qu’il pose à côté d’un plateau. Sur le plateau : une douzaine de pierres de la taille du poing.
« D’après vous, combien de pierres pensez-vous qu’on puisse mettre dans ce bocal ? »

Après que chacun ait fait part de son opinion, il place les pierres délicatement, une par une, dans le grand pot jusqu’au bord (impossible d’en ajouter une de plus).
« Est-ce que ce pot est plein ? ».
« Oui ».

– « Vraiment ? ».

Alors, il sort un seau rempli de gravier. Il verse ce gravier sur les gros cailloux tout en secouant légèrement le pot afin de remplir les interstices. Les graviers s’infiltrent entre les cailloux… jusqu’au fond du pot.
Le professeur demande:

– « Est-ce que ce pot est plein ? ».
« Probablement pas! ».

« Bien! »
Il prend un seau de sable et verse le sable dans le pot. Le sable remplit les moindres espaces entre les gros cailloux et le gravier.
Il demande :

« Est-ce que ce pot est plein? » .
« Non! ».

« Bien! »

Curieux, attentifs et amusés ses prestigieux élèves le virent prendre le pichet d’eau qui était sur la table et réussir à en verser près d’un litre dans ce fichu bocal.

Le professeur demande :

« Quelle conclusion pouvons nous tirer cette expérience ? »
Quelqu’un dit :
« il y a toujours des interstices, et en s’appliquant, on peut toujours faire entrer plus de choses dans sa vie. »
« Non, ce n’est pas ça. La conclusion qu’on doit en tirer, c’est que si on n’avait pas mis les grosses pierres en premier, on n’aurait pas pu en faire tenir une seule. »


Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l’évidence de ces propos.

Le professeur dit alors : « Quels sont les gros cailloux dans votre vie? … Votre santé ? … Votre famille ? … Vos ami(e)s ? … Réaliser vos rêves ? … Faire ce que vous aimez ? … Apprendre ? … Défendre une cause ? … Vous relaxer ? … Prendre le temps… ? … Ou… toute autre chose ?

Le cours était fini ; l’essentiel avait été dit.
Le professeur salua alors son auditoire et lentement quitta la salle.

Ce qu’il faut retenir, c’est l’importance de mettre ses gros cailloux en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir…sa vie. Si on donne priorité aux petits éléments, autrement dit les peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n’aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie.
Alors, n’oubliez pas de vous poser vous-même la question : Quels sont les gros cailloux dans ma vie ?
Puis, mettez-les en premier dans votre pot … dans votre vie. »

Un commentaire pour Les gros cailloux

  1. David Niry dit :

    Je connaissais une variante ou arrivé au stade du sable, le prof verse alors une bière dedans… la morale de l’histoire étant que peu importe à quel point notre vie est remplie, il y a toujours de la place (du temps) pour une petite bière (ou verre de rosé) avec un ami 😉

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s